Renforcer la capacité de l’UE à apporter une réponse aux catastrophes est fondamental
Le vice-Ministre des Affaires Étrangères Pistelli s’est exprimé sur le besoin de coordonner les protections civiles de l’UE

“En tant qu’Union européenne, nous avons le devoir moral et politique d’agir en essayant d’être rapides et efficaces en cas de catastrophes naturelles en mettant sur pied des mécanismes de prévention qui réduisent les effets des catastrophes". C’est en ces termes que le vice-Ministre des Affaires étrangères, Lapo Pistelli, a ouvert le 33ème meeting des directeurs généraux des Protections civiles de l’Union européenne. La situation internationale et le changement climatique –a soutenu Pistelli- rendent désormais de plus en plus nécessaire une intervention coordonnée de la part des pays de l’UE. « Le coût des dégâts est épouvantablement illimité », a affirmé le vice-ministre en soulignant que depuis 2009, les dommages provoqués aussi bien par les catastrophes naturelles que par les crises internationales se chiffrent à 500 milliards de dollars, avec un coût en vies humaines de l’ordre de 110 000 victimes de même que 650 millions de personnes frappées par ces catastrophes naturelles. 

Pistelli a rappelé que la coopération au niveau de la Protection civile est l’une des priorités du semestre italien de présidence européenne et que, d’ici la fin de l’année, l’Italie présentera des propositions afin d’améliorer la collaboration entre les pays et la manière de répondre à la crise. « Il y a encore des points faibles dans cette réponse –a souligné Pistelli-, nous devons améliorer la coordination et mieux définir les rôles sur le terrain. L’Europe se construit également de cette façon : il est fondamental de renforcer la capacité de l’Union européenne à apporter une réponse aux catastrophes naturelles car notre objectif est de sauver le plus de vies possibles ».

 

VIDEO

Dernière mise à jour: mardi 30 septembre 2014