L'Europe ne tournera pas le dos devant les massacres en Irak
Le Premier Ministre Renzi s’est rendu à Bagdad et Erbil

Renzi en Irak

En ce moment, l’Europe se doit d’être ici, sinon ce n’est pas l’Europe; et si certains pensaient que l’Europe tournerait le dos devant les massacres perpétués en Irak et ne penserait qu’au rendement des obligations d’État, ils se sont trompés dans leurs prévisions ou alors ils se sont trompés de semestre. C’est en ces termes que s’est exprimé le Président du Conseil, Matteo Renzi, en marge de la rencontre tenue aujourd’hui à Bagdad avec le Premier Ministre irakien, Haïdar Al Abadi.

Le chef du gouvernement italien, qui dirige actuellement la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne, a expliqué les raisons de son voyage en Irak, rappelant par la même occasion que l’Europe n’est pas seulement rendement d’obligations et contraintes mais a aussi vu le jour afin de défendre une certaine idée du monde et de la dignité des êtres humains.

Au cours de sa visite dans la capitale irakienne, en plus de sa réunion avec Haïdar Al Abadi, le Président du Conseil a également rencontré le Président irakien, Fouad Massoum, de même que le Premier Ministre sortant, Nouri al-Maliki. Renzi s’est ensuite rendu à Erbil, au Kurdistan irakien, où il s’est entretenu avec le président du gouvernement régional, Massoud Barzani, et avec le Premier Ministre, Netchirvan Barzani.

 

Dernière mise à jour: mercredi 20 août 2014